Covid-19. Risque de rebond!

JFM
Bivouac tous les week-ends
Messages : 256
Inscription : 15 novembre 2012, 15:13

Covid-19. Risque de rebond!

Message par JFM »

Les signaux d’une reprise de l’épidémie Covid-19 en France se multiplient. Le 8 juillet, 333 clusters ont été rapportés sur tout le territoire, hors EHPAD et milieu familial restreint, cela depuis le 9 mai. En France métropolitaine, deux clusters sont en diffusion communautaire – ce qui signifie que les gens testés positifs n’ont pas de lien direct avec les premiers cas –, un en Normandie et un en Mayenne (Pays de la Loire), avec plus de 200 personnes diagnostiquées positives dans ce département. Le risque est que ces flambées locales ne soient plus maîtrisées. Serge Smadja, secrétaire général de SOS-Médecins France, réseau qui compte 1.300 praticiens, indique que les consultations pour suspicion de Covid-19 augmentent depuis une dizaine de jours. Elles se sont accrues de 41 % dans la semaine du 29 juin au 5 juillet, soit 1.523 dans la semaine (environ 220 par jour). Le vendredi 10 juillet, 360 consultations pour Covid-19 ont été signalées ! En outre, le nombre de reproduction R (nombre moyen de personnes infectées par un cas) est redevenu supérieur à 1, ce qui favorise une tendance à l’augmentation du nombre de cas, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine. Dans cette dernière région, le nombre de cas positifs est ainsi passé de 47 (semaine du 24 au 30 juin) à 82 la semaine du 1er au 7 juillet… Seulement 17 % des personnes ayant présenté des symptômes évocateurs de l’épidémie ont bénéficié d’une prescription pour un test diagnostique. Conséquence: le nombre de cas confirmés et les augmentations observées pourraient être fortement sous-estimés. Pour le professeur Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP): alors qu’il n’y avait quasiment aucun malade atteint du Covid en juin, nous voyons à nouveau arriver depuis début juillet des personnes infectées. Une reprise de l’épidémie, voire une deuxième vague, est possible à court terme, dès l’automne. Le non-respect des gestes barrières (distanciation physique et port du masque dans tous les lieux publics clos) est constaté partout. Or le masque est aux infections respiratoires ce que le préservatif est aux IST [infections sexuellement transmissibles: Hépatite B, HIV…] insiste Eric Caumes, car le risque de transmission par aérosol (le nuage Covid-19) a été démontré et reconnu par l’Organisation mondiale de la santé, ce jeudi 9 juillet.

Dans les refuges du Massif du Mont Blanc la situation est caricaturale. Nous nous abstiendrons de dresser la liste des refuges de la FFCAM ou privés où personne ne se contraint aux règles de protection requises. Bref notre incivilité est lourde de menaces.
Jean-François Mougenot
Répondre