Bouquetins du Bargy

JFM
Bivouac tous les week-ends
Messages : 260
Inscription : 15 novembre 2012, 15:13

Bouquetins du Bargy

Message par JFM »

Un rapport concernant la Demande d’Appui Scientifique et Technique pour définir et évaluer bibliographiquement les critères
préalables à une approche vaccinale contre la brucellose chez les bouquetins du massif du Bargy vient d'être publié par l'ANSES. Ce rapport est justifié par la découverte de deux cas humains de brucellose en 2011, associés à la consommation de lait cru issu d’un élevage bovin laitier en France (Haute Savoie), la présence d’un réservoir sauvage de Brucella melitensis biovar 3 a été confirmée en 2012, dans une population de Bouquetin des Alpes (Capra ibex) du massif du Bargy (Hars et al. 2013). Cette population de bouquetins a fait l’objet d’études approfondies depuis lors, mettant en évidence une forte séroprévalence (>40%) et un important portage de la bactérie entre 2012 et 2016 (Hars et al.2015, Freycon 2015, Marchand et al. 2016). La gestion de ce foyer sauvage s’est appuyée sur des abattages partiels ciblés ou non (selon le statut sérologique des animaux) qui ont conduit à diviser par deux la taille de la population, sans permettre néanmoins de diminuer la prévalence de la maladie, ni d’assainir la population (Anses 2015, Marchand et al. 2016). Saisie à plusieurs reprises sur ce sujet, l’ANSES a notamment conduit en 2015 une expertise consistant à analyser les données de suivi depuis 2012 sur les bouquetins du massif du Bargy et à évaluer l’efficacité relative des différents modes de lutte sanitaire (Anses 2015). Cette expertise a mis en évidence l’intérêt de la vaccination, en complément d’abattages ciblés, pour le contrôle de la brucellose dans cette population. Les experts ont recommandé l’utilisation du vaccin Rev.1 (vivant atténué) par voie conjonctivale (CR1V) mais ont également recommandé de vérifier l’innocuité de ce vaccin chez le bouquetin avant son utilisation sur le terrain.
Une analyse d'expert, loin des polémiques, publiée en juillet 2016.
A lire.
Jean-François Mougenot
Répondre