Blog du CAF IdF

11 juin : Où l?on voit que le M+, c?est un niveau à part

Dimanche matin, 8 h 16, Gare de l?Est.

Dès l?arrivée, V.Nal accrocha notre regard par sa haute stature qui dominait le groupe chaussé et harnaché des J.R.

« Plaisir ? culture - savoir-faire » nous annonça-t-il d?emblée.

Réuni par ce programme ambitieux, le groupe s?embarqua pour Château-Thierry.

Je dois à la vérité de dire que V.Nal, malgré ce que pourrait laisser supposer son nom, ne vérifie pas les cartes du CAF.

Avis aux amateurs(trices).

Le départ se fit d?un bon pas, dans la fraîcheur matinale, jusqu?au monument aux morts américains de la guerre de 14.

« Time will not dim their glorious deeds » nous montra-t-il fièrement.

A nos pieds, les méandres verts de la Marne étincelaient dans un paysage éblouissant de soleil.

Voilà, magistralement réunis, le « plaisir » et la « culture ». Un peu plus tard, la visite de l?église Saint-Ferréol d?Essômes vint confirmer notre vocation « culturelle ». La brave dame qui faisait visiter l?église avait rarement vu 32 randonneurs d?un coup assemblés autour d?elle. A la fin, elle ne voulait pas nous laisser partir, ayant entrevu la possibilité de nous vendre des cartes postales ou des inscriptions à son association.

C?est là que V.Nal, qui semblait pourtant complètement ensommeillé, a prouvé qu?il était vraiment le chef de notre groupe.

Il a su saisir l?instant infime où la dame, s?étant un peu mélangé les doigts avec la pile de cartes postales et la pile de bulletins d?inscription, s?est arrêté de parler, pour insérer d?une voix ferme une phrase exprimant notre souhait de continuer notre randonnée et notre inquiétude quant à l?heure du train du soir. Nous avons tous perçu le signal et, comme un seul homme, nous sommes tous partis derrière lui, laissant la pauvre dame éberluée devant son paquet de cartes postales.

Une participante choisit ce moment pour nous annoncer sa défection. Elle devait être à Paris à 14 h (coup de téléphone portable oblige). A partir de ce moment, V.Nal ne fut plus le même. Le souci le rongeait : Et s?il arrivait un accident à cette personne pendant son retour ?

Les grappes de jeunes filles admiratives qui fréquentent habituellement ses randonnées ne furent pas de trop pour le calmer.

Et c?est sur l?assurance que irions tous (et toutes) au tribunal pour le défendre que la randonnée se poursuivit à travers les coteaux et les vignobles.

Mais la cote de popularité de V.Nal menaçait de baisser en même temps qu?augmentait la chaleur et qu?avançait l?heure. Heureusement, il sut, à ce moment exact, se diriger vers un petit bois à l?ombre et nous proposer la pause de midi... Soupirs de soulagement dans les rangs. Mais nous n?étions pas au bout de nos peines. L?après midi fut beaucoup plus dure : Pas d?ombre, pas d?eau... Le cimetière de Charly arriva à point nommé pour nous offrir son robinet d?eau fraîche. Les morts (paix à leur âme) ne s?en offusqueront pas trop, leurs tombes nous ont servi de sièges.

Plus tard, alors que quelques personnes manquaient de défaillir à cause de la chaleur, V.Nal nous donna un aperçu de son « savoir-faire » :

« - Pour celles qui se trouvent mal, je suis spécialiste du massage cardio-respiratoire (avec ou sans bouche à bouche) », dit-il,

« - Mais attention, ajouta-t-il à l?intention d?éventuelles simulatrices, j?ai l?habitude de casser une ou deux côtes à chaque fois... »

Sur ces paroles définitives, il nous fallu repartir et marcher sans aucun arrêt jusqu?à Nanteuil-Sacy, où nous attendait une surprenante nouvelle : Nous avions fait 600 m de dénivelé cumulé positif dans la journée ! Quand je pense que certains attendent avec hâte le dimanche pour se reposer !

Martine