Blog du CAF IdF

Le nord, quel nord ?

Par Michel Durand-Gasselin

(Suite)
Notre participante pas timide veut en savoir plus :
« - Au fait, comment ça marche, déjà, une boussole ?
- Et bien, une boussole comporte une aiguille aimantée qui s’oriente vers le nord. Tu vois, je tourne sur place en maintenant ma boussole horizontale dans la main, et l’aiguille rouge indique toujours la même direction, celle du nord magnétique.
- Tout à l’heure, tu me parlais de nord de la carte, ou de nord géographique… Il y a donc plusieurs nord ?
- Le nord de la carte, en général, est en haut de la carte. Le nord géographique, on l’a vu, c’est la direction du pôle Nord géographique. Quant au nord magnétique … »

 

L’objet de cette fiche est de présenter le B. A.-BA de la boussole, et de vous conseiller pour l’acquisition de cet instrument. Les exercices proposés ont pour but de vous familiariser « une fois pour toutes » avec la déclinaison magnétique, que l’on est par ailleurs peu enclin à prendre en considération sur nos terrains de jeu habituels.

 


 

La Terre émet un champ magnétique dont la ligne des pôles est distincte de celle des pôles géographiques. Par convention, on appelle pôle Nord magnétique le pôle magnétique situé vers le pôle Nord géographique. Il s’en trouve à environ 1000 km en direction du Canada, et s’en rapproche d’une quarantaine de km par an.
Nord magnétique (NM) : c’est la direction du pôle Nord magnétique.

Déclinaison magnétique (DM) : c’est l’angle que fait la direction du nord magnétique avec celle du nord géographique, compté ouest (cas de la figure ci-contre) ou est. [1]

Cet angle est indiqué sur les cartes de randonnée. Il varie dans l’espace et dans le temps. En France, où il est actuellement compris entre 3° W en Bretagne et 1° E en Corse, pratiquement nul dans les Alpes, il est souvent négligé pour l’orientation courante en randonnée. Par contre, il faut en tenir compte dans des régions comme la Laponie (10° E) ou le Groenland (35° W).

 

 

[1]Le nord magnétique est plus précisément la direction de la composante horizontale du champ terrestre en un lieu donné.  Alors que tous les méridiens conduisent au pôle Nord géographique « en ligne droite », les lignes du champ magnétique terrestre conduisent au pôle Nord magnétique en suivant des courbes sinueuses.

Nous avons vu (fiche « rose des vents ») qu’une direction est repérée par rapport au nord géographique par son azimut géographique ZG. On peut aussi la repérer par rapport au nord magnétique par son azimut magnétique ZM. La figure ci-contre montre que ces deux grandeurs sont liées par la relation :

ZG = ZM + DM avec DM comptée + si E, - si W

> Faire un schéma aide à appliquer la convention de signe ; on peut aussi penser aux décalages horaires : vers l’E, on ajoute les heures, vers l’W, on les retranche…

ATTENTION, il y a des habitudes ! Dans la pratique, on passe le plus souvent de l’azimut vrai (mesuré sur la carte) à l’azimut magnétique (à suivre sur le terrain, avec la boussole) ; la relation s’écrit alors :
ZM = ZG – DM avec toujours DM comptée + si E, - si W.

Pour cet usage précis, il existe une règle (on devrait dire « un truc ») couramment appliquée : on obtient l’azimut magnétique, en ajoutant la déclinaison magnétique à l’azimut vrai si elle est W, en la retranchant si elle est E, « WEST BEST, EAST LEAST » comme disent les Anglais. Il est vrai que cela marche très bien !
Vérifiez qu’on obtient bien le même résultat en appliquant les deux règles, et retenez celle qui vous convient. De toutes les façons, il faut savoir passer d’un azimut à l’autre dans les deux sens.

Pas de panique ! Le plus souvent en Europe occidentale, on néglige la déclinaison magnétique. Toutefois, sur les terres « inconnues », prenez connaissance de sa valeur indiquée sur la carte pour juger si vous devez en tenir compte dans vos mesures, en gardant à l’esprit les chiffres suivants :

A un angle de 1°, correspond à 1000 m de distance, un écart de 17,5 m.





En conclusion, il faut tenir compte de la déclinaison magnétique :
- pour de longues distances en ligne droite à parcourir, ce qui est rare en randonnée pédestre, ou à reporter sur la carte, ce qui arrive parfois,
- ou encore si elle dépasse… disons 5°, valeur correspondant à peu près à l’imprécision (en + ou -) des mesures ordinairement pratiquées en rando (+-2° pour l’instrument, +-3° pour l’utilisateur).

En Amérique du Nord, la boussole s’affole ?
N’étant pas loin du pôle Nord magnétique, la déclinaison y varie considérablement, de 50° W sur Terre Neuve à 30° E en Alaska. Elle est partout W au Québec, et d’environ 5° E au milieu du continent. Tant qu’on ne va pas trop au nord, la boussole fonctionne normalement, on tient compte en général de la déclinaison magnétique. Mais comme le pôle Nord magnétique se déplace aussi constamment autour de sa position moyenne, les indications de la boussole deviennent de plus en plus erratiques à mesure que l’on s’en rapproche (Territoires du NW canadien et Nord du Groenland).

 

LA BOUSSOLE



La boussole utilise la propriété d’une aiguille aimantée libre, de s’orienter parallèlement aux lignes du champ magnétique terrestre. L’extrémité de l’aiguille qui indique la direction du nord magnétique, est repérée (en rouge, en bleu, par la lettre N…) :


Nord magnétique = Nord boussole

Muni de cet instrument, vous voici donc en mesure de trouver le nord en toutes circonstances (sauf dans des endroits bizarres comme à proximité des pôles, de gisements métallifères, de lignes haute tension), et moyennant quelques précautions qui se réduisent pour l’essentiel à ne pas approcher de trop près les objets métalliques (piolet…) et les appareils émettant un champ électromagnétique (téléphone portable, ARVA…). Il faut aussi veiller à maintenir la boussole horizontale pour que l’aiguille ne soit pas bloquée dans son logement.

A l’usage, les boussoles à plaquette transparente s’avèrent les plus pratiques pour la randonnée. Il vaut mieux en avoir une un peu longue (10 à 12 cm), avec une loupe qui peut être bien utile pour lire des détails sur la carte. Elles coûtent entre 15 et 30 € selon le modèle. Des modèles plus sophistiqués, plus onéreux aussi, comportent un système de visée à prisme ou à miroir, commode pour faire des mesures précises d’azimut (relativement peu courant en randonnée).
 


Je ne parlerai pas des nombreux autres modèles de boussole, sauf pour dire qu’il existe une boussole de pouce pour la course d’orientation, et qu’une boussole porte-clé peut aider à prendre tout de suite la bonne direction en sortant du métro… Enfin, cet instrument, connu depuis le Moyen Âge, peut être un très bel objet.

Le compas : rien à voir ici avec l’outil de dessin (dont nous verrons ailleurs qu’il peut quand même nous servir). C’est la boussole des marins et des aviateurs, instrument de navigation servant à suivre un cap (ou route) et à relever des azimuts.

 

 

Toutes les boussoles du monde pointent vers le nord. Et dans l’hémisphère Sud ?
L’aiguille de la boussole s’oriente parallèlement aux lignes du champ magnétique terrestre. Ces lignes sont « rentrantes » au pôle Nord magnétique (l’aiguille pique du nez), « sortantes » au pôle Sud magnétique (l’aiguille lève le nez). Comme l’aiguille doit rester libre dans son logement, les constructeurs l’équilibrent et réalisent donc des boussoles en fonction des zones d’utilisation. Notre boussole habituelle, qui fonctionne presque partout dans l’hémisphère Nord, posera des problèmes dans l’hémisphère Sud quand on se sera aventuré déjà bien au sud (Australie, Afrique du Sud…).
 


EXERCICES
 

Les réponses données pour les exercices ci-après correspondent à l'année 2007.

1- Quelle est la valeur actuelle de la déclinaison magnétique indiquée sur l’extrait de carte de l’IGN ci-contre ?
Vous décidez d’en tenir compte.
• Sur la carte, vous mesurez un angle de marche au 115. A quelle valeur réglez-vous le cadran de la boussole ?
• Sur le terrain, vous relevez l’azimut d’un pylône au 243. Quel est son azimut vrai ?
• Si vous négligiez de tenir compte de la déclinaison magnétique, quel écart commettriez-vous en estimant la distance du pylône à 2 km ?

Réponse

 

 


2- Quelle est la valeur actuelle de la déclinaison magnétique indiquée sur l’extrait de carte suisse ci-contre ?
Histoire de s’entraîner, répondez aux mêmes questions que précédemment
• avec un angle de marche vrai au 304 ;
• un azimut magnétique au 165 ;
• une distance de 5 km.
? Les valeurs en grades et en millièmes ne sont pas employées en randonnée.
 

Réponse
 


 

3- A l’intention des « rando-voileux », revenons un peu sur la rose des vents ! Vous êtes à la barre, vous gouvernez au 30, le vent est du NW.
• A quelle allure êtes-vous ? (au près, au vent de travers, au largue)
• Le skipper vous demande de venir au 60. De quel bord venez-vous ? (à gauche, à droite)
• Toujours au 30, la route suivante est au 225. De quel bord venez-vous pour la rejoindre le plus rapidement ? Que va-t-il se passer ? (vis-à-vis du vent)

Réponse

 

 





 

 

4- Quelle est la valeur actuelle de la déclinaison magnétique indiquée sur l’extrait de carte marine ci-contre ?
• Sur la carte, la route portée par le skipper est au 225. A quel cap gouvernez-vous pour suivre la route ?
? Les connaisseurs supposeront que la déviation du compas est nulle, et qu’il n’y a pas de dérive due au vent et au courant.
• Avec le compas de relèvement, vous relevez un phare au 37. Quel est son azimut vrai ?
• Et si vous oubliiez de tenir compte de la déclinaison magnétique, quelle dérive pourriez-vous observer au bout de 15 milles nautiques ?
 

Réponse
 

 

 

 

Mes autres carnets


   

[1] Solution de l’exercice n° 1 : 3°W ; 118° ; 240° ; 105 m.

[2] Solution de l’exercice n° 2 : 1°E ; 303° ; 166° ; 87 m.

[3] Solution de l’exercice n° 3 : Au près (bon plein) ; A droite ; A gauche, virement de bord vent devant.

[4]Solution de l’exercice n° 4 : 15°W ; 240° ; 022° ; 3,9 Nq.