Blog du CAF IdF

Traversée du Hardangervidda (Norvège) en ski de randonnée nordique : une chouette semaine :-)

Petit récit d'une semaine de ski de randonnée nordique au cours de laquelle nous avons traversé le plateau du Hardangervidda en Norvège du 18 au 26 mars 2017.

Bonjour à tous,

Ce message pour faire part à ceux qui seraient intéressés de l'expérience vécue la semaine dernière en Norvège à l'occasion d'une semaine de ski de randonnée nordique.

Ayant parcouru la GTJ du nord au sud l'an dernier, nous cherchions à pratiquer de nouveau le ski de randonnée nordique en itinérance pendant une semaine. La Norvège étant l'un des pays à l'origine de cette pratique du ski nordique, si ce n'est LE pays, c'est tout naturellement que nous nous y sommes intéressés. 

Par le biais de ce lien, vous trouverez la carte de la Norvège avec les refuges et les pistes "tracées" : https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/turi ... f87aa5.pdf

J'ai mis à dessein "tracées" entre guillemets car il existe deux types de traces en Norvège, du moins sur le plateau du Hardangervidda où nous étions :
- des traces classiques avec des rails pour le ski de fond classique d'un côté et une large bordure pour les éventuels skieurs de skating (nous n'en avons vu aucun cela dit) ;
- un marquage constitué par des bâtons (sticks en anglais) plantés dans le sol glacé et/ou enneigé.

Dans les deux cas, le marquage est très fiable car il permet d'arriver à l'endroit indiqué sur les panneaux (!) même si parfois il s'écarte légèrement des indications portées sur les cartes. 

Comme vous pourrez le constater en visualisant la carte citée plus haut, il existe de nombreux refuges (ou cabins) en Norvège et de différents types. En substance, ils sont plus ou moins équipés et gardés ; le prix de la nuitée en dépendant. La plupart appartiennent à un réseau local qui s'appelle le DNT (https://www.dnt.no/), un équivalent de notre FFCAM je pense. Pour ceux qui ne sont pas gardés, il peut être nécessaire de se procurer une clé auprès dudit DNT ou d'un refuge gardé appartenant au réseau (ce que nous avons fait pour le dernier refuge, HELBERGHYTTA).

Pour vous donner une idée des hébergements en Norvège, quelques images de HAKKESESTOLEN, notre première étape : 

 



Nous avons d'abord envisagé d'aller dans le Jottunheimen qui nous avait été conseillé. Toutefois, il s'avère que l'accès au site par les transports en commun est compliqué en hiver, car la plupart des routes ne sont pas praticables par les bus de ligne. 

Nous avons donc finalement opté par le plateau du Hardangervidda qui se situe entre GEILO et RJUKAN.

Le point de départ, comme l'arrivée sont facilement accessibles depuis Oslo. Geilo est sur la fameuse ligne de train entre Oslo et Bergen, et Rjukan est desservie par des bus qui rallient Oslo via Nottoden en 4h environ.

Pour ce qui est des étapes, nous nous sommes inspirés du programme proposé par GRAND ANGLE : http://www.grandangle.fr/circuit/18604_ ... _hardanger

En tout, la traversée compte 140,5 km selon les traces GPS que j'ai réalisées par le biais de l'application du CAF. 
Les étapes sont plutôt équilibrées, même si l'étape entre TUVA et RAUHELLEREN, et celle entre KALHOVD et HELBERGHYTTA sont plus longues que ce qui est indiqué sur le programme de GRAND ANGLE...

Toujours est-il que cette traversée est vraiment une chouette expérience ! Les paysages sont splendides. Au début, la monotonie frappe, car tout y est blanc et les montagnes environnantes étant peu élevées, cela donne une impression d'étendue éternellement plate et sans fin. Toutefois, rapidement, grâce au jeu de la lumière dans les nuages et au soleil (il y a beaucoup de vent sur ce plateau, ce qui permet aux nuages d'aller et venir, au soleil de parfois percer et parfois se faire attendre), on s'aperçoit que la monotonie est loin d'être dérangeante, au contraire elle enchante les sens ! La glisse y est aussi agréable, nous avons connu différents types de neige, de la glace à la poudreuse tombée la veille, mais nous avons toujours pu glisser et avancer. 
Cette traversée donne en plus l'occasion de parcourir plusieurs kilomètres sur des lacs immenses gelés !
Comme c'est un plateau, le dénivelé est plutôt raisonnable, même s'il faut bien y monter le premier jour.
Les hébergements sur le chemin sont confortables et agréables, les Norvégiens y parlent un anglais courant tout à fait compréhensibles. Les prix y sont un peu élevés par rapport à nos standards, mais on le savait. Nous avons donc transporté nos déjeuners de toute la semaine ainsi que presque tous nos dîners. Il faut savoir que la nuitée est forcément accompagnée d'au moins un repas (petit déjeuner et/ou dîner) et qu'il est possible de se ravitailler pour le midi dans les refuges en préparant son sandwich avec les aliments mis à disposition au petit déjeuner (sucrés et salés).

Quelques illustrations des paysages que nous avons admirer pendant la semaine :

Sur cette photo on voit les rails qui sont tracées par la dameuse.

 

 

Après l'effort, le réconfort : une brioche à la cannelle accompagnée d'un thé !

 

 

Départ matinal de TUVA en prévision de la longue étape jusqu'à RAUHELLEREN.

 

 

Rencontre impromptue avec deux Norvégiens qui faisaient la même traversée que nous mais dans l'autre sens ! Nous avons ce midi-là déjeuner dans une cabane non gardée mais disposant d'un poêle, d'une table, de chaises, d'un lit superposée, et de quelques victuailles.

 

 

La salle de séjour de RAUHELLEREN

 

 

Vue sur le lac depuis RAUHELLEREN. Nous l'avons traversé sur plusieurs kilomètres en suivant consciencieusement les "sticks" pour ne passer à travers la glace !! ;-)

 

 

Au loin, le prochain hébergement : MARBU.

 

 

Arrivée à MARBU

 

 

KALHOVD qui se situe à côté de ce qui semblait être un barrage hydroélectrique.

 

 

HELBERGHYTTA, notre dernier hébergement, non gardé celui-là qui nécessitait une clé DNT.

 

 

Dernière descente vers RJUKAN.

 

Bref, pour ceux que cela intéresse, je suis disposée à répondre aux questions :-) et à fournir les traces GPS de notre traversée !

A bientôt sur les pistes,
Marion.