Blog du CAF IdF

VTT dans les vallées Pinerolaises

Par Jean Jacques Bianchi

Cet itinéraire se déroule dans des vallées à forte empreinte historique : Val Pellice, Val Chisone, Val Germanasca
Françaises au Moyen Age ( au temps des Escartons ) : sur les monuments aux morts, quasiment que des noms à l’orthographe bien de chez nous

Ayant vécu une forte influence Calviniste, et subi un exode massif vers les rives du Leman, puis le « Glorieux Retour », où quelques milliers de personnes, avec femmes et enfant, guerroyant à de nombreuses occasions, franchissaient pour finir le Colle del Albergian, itinéraire que nous parcourrons en VTT en sens inverse, et viennent se réinstaller chez eux ( au prix de quelques têtes coupées et églises incendiées … )
De culture Occitane ( la langue d’Oc et le Franco Provençal sont très vivants, et le drapeau aux quatre branches flottait autant que le drapeau tricolore le soir de la finale du mondial )
Enfin, terre de passage, mais aussi de guerres sans fin, de fortifications dressées au cours des siècles, de pistes faites pour tirer des canons, dont l’heureuse conséquence est qu’aujourd’hui, beaucoup sont devenues de magnifiques itinéraires pour VTT

Retrouvez toutes les photos de ce voyage dans l'album


Le programme commence par un séjour à Villanova (Val Pellice ), et 3 courses à la journée, en AR ou boucle

J1
Gîte de Villanova ( 1230 m) ( phone 00 39 0121 91 897 )
« Demie journée » pour meubler l’après midi de l’arrivée.
Conque del Pra en AR, à remonter jusqu’au fond
( +/- 600 m , 21.5 km )   



J2
Gîte de Villanova
Grand tour du col de Barancun ( dans le sens horaire )
Descendre la petite route vers Bobbio Pellice, mais à la cote 920, juste avant un vallon peu marqué, prendre à main droite une piste qui commence par monter très raide sur 200 m en distance, puis à gauche devient en pente douce, traverse des alpages, forêts, hameau de Eiretta, puis redescend en lacets vers la vallée ( cote 710 ). On longe le torrent de Pellice, et à droite, ( village de Perla ), commence une montée ininterrompue de 1680 m, très soutenue dans la combe dei Carbonieri, ( crochet possible vers le refuge Barbara pour boire quelques bières ), puis par une piste assez cassante au col Barancun ( 2390 m ), où se trouve un refuge gardé en été. La descente sur le refuge Jervis est peu roulable, nous y avons pris un premier orage, les dalles rocheuses n’en étaient que plus glissantes. Sous le refuge Jervis, on retrouve la bonne piste déjà parcourue la veille. Nous y avons essuyé un deuxième orage….
( +/- 1850 m, 40.5 km ) 

 



J3
Gîte de Villanova
On descend en voiture sur Bobbio Pellice, où on attaque la montée vers l’Alpe Caugis ( 2007 m ) et même au col de Chiot del Cavallo ( 2216 m ) La montée se fait à la sortie de Bobbio, par la piste de Besse, et la descente par celle de Bodeina, qui se rejoignent au Pra la Comba
Les conditions météo assez mauvaises nous ont dispensé de cette étape, et nous avons rejoint directement le refuge Selleries
( +/- 1500 m )

Le séjour se poursuit par une traversée de 6 jours, de refuge en refuge

J4
Refuge Selleries ( 2020 m ) ( phone 00 39 0121 842664 ), qui vient d’être entièrement rénové, très agréable et sympathique
On parcourt à VTT la fin de la piste montée en voiture la veille. A Pra Catinat, tourner à droite vers la route du col delle Finestre, que l’on rejoint au « Pian del Alpe » ( 1910 m ). La route a malheureusement été entièrement revêtue , bien que très étroite, elle ne présente aucun intérêt réel en terme de liaison routière et qu’elle traverse un parc naturel….il y a une dizaine d’année, la partie supérieure était encore une piste : depuis le sommet de Ciantiplania, j’ai goûté à la plus longue descente ininterrompue entièrement roulable que je connaisse ( à condition de couper le dernier lacet au dessus du col delle Finestre ) : départ à 2800 m, arrivée directe à Suse 500m, et un nombre impressionnant d’épingles à cheveux
Mais on ne va rouler sur le goudron que 2.5 km , 200 m avant le Col commence la piste militaire dite « Du col delle Finestre au Grand Serin « ( panneau d’indication et barrière : la piste n’est autorisée qu’aux piétons, aux chevaux et aux cyclistes !! ) : il n’y a plus qu’à suivre à la force du mollet, itinéraire magnifique ( par beau temps !! )
On rejoint la piste « principale » à une barrière, attention : continuer à gauche ( et non pas à droite, ce qui , avant que je prenne conscience de l’erreur, nous a coûté plus de 200 m de dénivellation supplémentaire ), col de l‘Assiette, Col Grand Costa, Col Blegier où on plonge à droite à travers le Parc Naturel du « Grand Bosco », qui abrite une magnifique forêt alpine.
Passer différents carrefours, vers 1820m , prendre à droite toute ( un panneau pas très visible indique « refuge Arlaud »), la piste toujours en sous bois, remonte un peu pour redescendre sur le hameau de Montagne Seu, et le petit refuge Arlaud, dans un environnement délicieux.
( +1300 / - 1550 m, hors erreur , 44.5 km )


J5
Refuge Daniele Arlaud ( 1770 m ) ( phone 00 39 335 401624 )
Aujourd’hui, on remonte la piste qui mène à l’Alpe Selle ( qui part juste avant l’ entrée dans le hameau de Montagne Seu ), traversée toujours bouseuse de l’Alpe vers la gauche où on retrouve la GTA. La montée directe au col du Grand Serin est en grande partie en portage. Sous le col, tout s’améliore : un petit AR jusqu’au sommet du fort, puis suivre la piste principale qui suit les crêtes, vers le Col Blegier déjà parcouru, puis le Monte Genevris, le Col de Costa Plana, le Col Bourget, le Col Bonnet et plonge sur Sestrières, à gauche la route de Sauze di Cesana, que l’on quitte juste après l’épingle à cheveu pour rejoindre le « Pont Terrible » : on commence à remonter le très beau val Argentera, jusqu’au Pont ( 1910 m ) qui traverse le torrent et où il reste à pousser le vélo sur 180 m de dénivelée pour arriver au refuge de l’Alpe Plane ( 2090 m )
( + 1680 / - 1360 m, 49.0 km )

 

   

J6
Refuge Agritourisme de l’Alpe Plane ( 2090 m ) ( phone 00 39 330 685278 )
Prendre la piste qui traverse en RD, rejoint la vallée principale, puis attaque la rude montée vers l’Alpe du Grand Miol
Au delà, l’itinéraire reste roulable en partie dans les beaux alpages qui mènent au pied du Passo di Longia. Portage jusqu’au col.
Là commence une descente très délicate , essentiellement en portage jusqu’aux bergeries de Selette !! Rejoindre en RG le « Colle della Bocchetta « ( 2212 m ), d’où part un sentier parfois acrobatique, raide et qui dégringole dans un goulet étroit mi boueux mi caillouteux, à déconseiller formellement par temps de pluie avec un VTT !!
Attention, c’est la meilleure échappatoire, éviter de suivre tout autre trace !!
On retrouve une piste aux bergeries, arrivé dans la vallée, remonter un peu à droite pour passer un petit col ( le « Bou du Col ), et on arrivé directement à Ghigo ( 1450 m )
Cette étape est dure, même si la dénivelée semble « normale »
( +830 / - 1440 m, 25.0 km )



J7
Ghigo – Gîte GTA à l’Hôtel delli Alpi, situé sur la place Centrale, à droite un peu avant le pont qui franchit le torrent Germanasca ) ( phone 00 39 0121 807537 )
Mon plan prévoyait d’utiliser ( à titre exceptionnel ) les remontées mécaniques : un télésiège permet d’accéder à la côte 2550 environ avec son vélo, d’où part un splendide sentier bien, roulable qui traverse en balcon la conque « des 13 Lacs » et rejoint le Colle della Balma.
Aucun dépliant ni aucune documentation ne précisait que – sauf du 15 juillet au 15 août - , le télésiège ne fonctionne que le samedi et dimanche !!!! aujourd’hui, c’est la finale du Mondial, donc demain, c’est lundi, donc bernique.
En guise de revanche footbalistique sur les italiens, je décide de monter directement en Vélo au Colle della Balma, quitte à écourter un peu la suite de l’étape. Après les villages d’Agape et d’ Indiritti, et quelques errances où nous nous sommes battus dans les vernes, le Vélo à l’épaule, plutôt que de suivre la belle piste qui nous tendait les bras à notre gauche, nous rejoignons la traversée en provenance du Télésiège gréviste…Colle della Balma ( 2310 m ), belle descente sur l’Alpe della Balma, où Pierre préfère suivre des traces de vaches, pensant que là où passe le ruminant, il y a un espoir pour le VTT : erreur, il doit faire demi tour au dessus de barres rocheuses, Alpe Cialancia ( 1820 m ), Alpe Lauzon : nous rejoignons ( 2020 m ) la piste que nous devions remonter jusqu’aux lacs de Conca Cialancia ( 2450 m ), mais les efforts fournis aujourd’hui nous incitent à plonger vers la vallée ( village de Crot, et le Pont coté env 720 m )
Il fait très chaud, et à Perrero, seule une grande bière nous donne l’énergie de parvenir à Massello, au cœur du Haut Val Germanasca.
( +1410 /-1850 m, 43.0 km )



J8
Hôtel « La Foresteria di Massello « ( phone 00 39 0121 808678 )
Agréable et bien situé à l’entrée du village ( Massello est en fait un ensemble d’une quinzaine de hameaux parfois très distants l’un de l’autre, donc le repérage est utile )
Remonter la petite route qui mène au hameau de Balsiglia ( 1370 m ), où on peut visiter un petit « écomusée » qui retrace l’histoire du « Glorioso Rintorno ». Il y a aussi un gîte d’étape, mais qui ne fait pas de restauration, et comme la plus proche épicerie est à une distance respectable …….
On attaque alors la très longue remontée du Val Massello, tout en portage à quelques hectomètres près, jusqu’au Col del Albergian ( 2713 m ), soit 1350 m de dénivelée …
Le sentier est bien tracé, il zig zague longtemps à côté de la cascade du Pis, arrive sur le vaste plateau du même nom, pour s’infléchir vers la droite. Après une dure montée sous les baraques Moremout, que l’on voit de loin mais que l’on semble ne jamais pouvoir atteindre, le col est enfin là. Quelques points d’eau permettent de se réhydrater pendant les 4h30’ de montée depuis Balsiglia …
Je suis un peu inquiet pour la descente, très longue aussi. Si elle est du même type que la montée, on va crever sur place !!
Divine surprise, après un départ un peu difficile, la GTA s’engage dans une longue traversée en balcon, rive gauche, parfois exposée, mais bien roulable, puis plonge en forêt dans une longue série de lacets, et c’est avec un plaisir absolu qu’on arrive au hameau des Laux, puis au pont qui franchit la Doire ( cote env 1310 m ). Il reste une centaine de mètres à remonter pour rejoindre Usseaux, village très typique et bien conservé, et son gîte aménagé dans une maison traditionnelle.
( + 1700 / -1370 m, 26.0 km )



J9
Gîte d’Usseaux ( 1420 m ) ( phone 00 39 0121 83876 )
Pour la dernière journée, il n’y a plus qu’à remonter récupérer la voiture au refuge Selleries.
La petite route du Col della Finestre démarre juste à la sortie du village. Après une montée agréable, une piste traverse vers la droite pour rejoindre le Pian del Alpe, et le refuge Selleries, où la boucle est bouclée.
( +840 / -270 m, 20.0 km )



 

 

………………………….

Cartographie :
ASF 1/25000ème :
N° 9 ( Bric Bouchet, Val Pellice et Germanasca ),
N° 10 ( Briançon, Sestrière ),
à défaut de la carte N°11 ( Val de Suse ) que IGN a définitivement oublié d’éditer.
Bonne représentation du relief, mais assez folkloriques pour les sentiers et pistes, ce qui est désolant pour des cartes très récentes et vendue assez cher.
Cartes italiennes ( « dei sentieri et dei rifugi « ) 1/50000ème
N°1 ( Val si Susa, Chisone et Germanasca )
N°6 ( Monviso )
Mauvaise représentation du relief, mais dessin correct des pistes et sentiers

Il faudra donc faire la synthèse des deux cartes pour s’y retrouver, mais globalement, peu de problèmes d’orientation
La description ci dessus est autosuffisante pour reconstituer l’itinéraire en détail sur les cartes

Topos
Dal Monviso alla Val di Susa in MTB ( éditions CDA à Turin )
81 itinerari dal Val Varaita al Val Sangone ( Mulatore Editeur )

Itinéraire parcouru du 4 au 12 juillet 2006, à deux, avec Pierre Meunier

Un conseil :
Eviter la période 15 juillet / mi ou fin août ( vacances universelles en Italie)
Se méfier de la fréquentation de certaines étapes par les motos et 4x4 de merde, principalement la traversée Colle della Finestra > Sestrières ( sauf la piste de Ciantiplania qui est interdite aux moteurs ) , éventuellement la montée du Val Argentera, qui ravive la haine fondamentale que j’éprouve vis à vis de la population des motards casqués et gainés de cuir, et des obèses dans leurs 4x4 climatisé, souvent en provenance de pays ( Suisse, Allemagne, Autriche… ) où ce genre d’activité en pleine nature est interdit ou strictement contingenté.