Blog du CAF IdF


mardi, septembre 16 2014

Les atteintes aux milieux montagnards

Les atteintes à l'environnement montagnard ne cessent d'augmenter. La course à l'enneigement, l'extension des stations de ski, le développement des techniques nouvelles sont autant d'aménagements qui dégradent le paysage.
Difficile d'y remédier, il faut vivre avec son temps diront certains... Mais pourquoi ne pas participer et soutenir les actions de notre club !!!

Lire la suite...

jeudi, mai 15 2014

Nouvelle sortie: 3 jours de rando au coeur des Pyrénées dans une réserve nationale de faune et flore!

Connue pour la beauté de ses paysages et sa faune montagnarde facilement observable, la célèbre Réserve Nationale du massif d'Orlu offre un environnement naturel exceptionnel, accessible et préservé.

Notre parcours, ponctué d’une dizaine de lacs et d'une escapade en Espagne, nous conduira à sa découverte du 21 au 23 juin prochain.

Lire la suite...

dimanche, avril 27 2014

Les lacs du Carlit

Situé au nord-ouest de Fond-Romeu, le Pic Carlit culmine à 2921m d'altitude. A ses pieds, s'étend le massif du Carlit et ses lacs, ainsi que le site des Bouillouses. Cette région s'appelle la Cerdagne et elle est particulièrement réputée pour son climat sec et ensoleillé.

Lire la suite...

dimanche, février 2 2014

Les 25 bosses par vent d'est

J'avais essayé les 25 bosses par l'ouest et sans le car, là j'ai souhaité tenté l'expérience cette fois par l'est c'est à dire en arrivant de Fontainebleau.

Le tracé de notre parcours en rouge

Lire la suite...

samedi, février 1 2014

Par les chemins, les lacs et les rivières du Québec (3ème partie)

 

Notre voyage au Canada touche à sa fin. Nous avons déjà parcouru plus de 1200 km en voiture et sillonné à pied trois grand parcs nationaux au nord du fleuve Saint-Laurent. Il est temps maintenant de revenir vers le sud-ouest jusqu'à notre point de départ qui est la ville de Montréal.

Lire la suite...

Par les chemins, les lacs et les rivières du Québec (2ème partie)

Le voyage itinérant en groupe est un exercice délicat, une cohabitation de tous les instants s'avérant parfois quelque peu épineuse. Mais, en contrepartie, quel enrichissement de pouvoir, tout au long des journées passées ensemble, échanger avec ses compagnons de voyage ses émotions, ses enthousiasmes et, pourquoi pas, ses déceptions !

Lire la suite...

Par les chemins, les lacs et les rivières du Québec (1ère partie)

Tout voyage a forcément ses références, son histoire, ses motivations. Ce sont les récits de Davy Crockett, de Maria Chapdelaine et les accents de Gilles Vigneault qui hantaient nos imaginations lorsque nous nous sommes lancés dans l'organisation de cette équipée.

Lire la suite...

mardi, janvier 28 2014

LES 140 ANS DU CLUB ALPIN FRANÇAIS…

L’ESPRIT CLUB ALPIN EST TOUJOURS LA, PLUS ACTUEL QUE JAMAIS ! 

140 ans c’est beaucoup, surtout lorsqu'il s’agit d’une organisation de bénévoles et que sa fondation nous ramène à la fin du XIXème siècle. Le Club Alpin Français est créé le 2 avril 1874. De 7 sections (137 membres) il progresse rapidement pour regrouper dès l’année suivante, en 1875, 14 sections et 1700 membres. Impliqué dès le début dans la formation des jeunes, le Club alpin organise les premières caravanes scolaires, les premiers aménagements des sentiers et la délivrance des premiers diplômes de guide. 

En fait, très rapidement le Club alpin a su investir des domaines très variés avec une réelle volonté d’exercer son influence sur l’ensemble des activités sportives de montagne, la protection du milieu et sa connaissance à travers les sciences et les arts. 

Dès sa création, le Club alpin fait preuve d’initiative et sait se montrer attractif pour regrouper toutes les personnes, tous les pratiquants désireux de développer l’alpinisme, le ski mais aussi de « faciliter et propager la connaissance exacte de la montagne » …

 

Lire la suite...

jeudi, décembre 12 2013

La possibilité du blues

C'était le 8/9 décembre 2013 et il faisait incroyablement beau ! Cliquez ici pour retrouver tout l'album

Lire la suite...

samedi, octobre 19 2013

Les Chemins du Soleil à VTT : Valence - Sisteron - Nice

 Départ de Valence, direction la mer !

Lire la suite...

jeudi, juin 20 2013

Une rando non-stop de 96 km : le CAF IDF était présent cette année au Tour de la vallée de la Thur !

Chaque année, au week-end de mi-juin, le Club Vosgien de Saint-Amarin organise une randonnée hors-norme, le Tour de la vallée de la Thur. Pour cette 38ème édition de 2013, cette grande boucle partait de Saint-Amarin pour un itinéraire de 96 km et 4000m de dénivelé positif (donc aussi 4000m de dénivelé négatif). C’est probablement la +grande rando non-stop à allure libre en France… voire au monde !

Il faut évidemment se préparer physiquement et mentalement pour marcher du samedi après-midi au dimanche après-midi. Nous étions trois pour participer à ce grand tour : Iliette, Heinrick et moi-même.

Pour notre préparation physique, j’avais programmé 2 randos hivernales : la première de 45 km en janvier et la seconde de 60 km en février ; nous n’avions pas réussi à terminer les 60 km... A partir de là, chacun savait quels étaient ses capacités et ce qu’il devait faire pour se préparer au mieux. Il est important de se préparer en hiver car, dans les Vosges, les conditions peuvent être très difficiles même à la mi-juin.

Même si on n’avait pas terminé les 60 km, j’étais malgré tout assez confiant : on était très motivés, on était capable de marcher au même rythme et, grâce à Iliette qui avait mis un cierge lors d’une rando CAF à Vézelay, on bénéficiait d’une protection divine ;-)

Nous nous retrouvons donc vendredi soir 14 juin à la gare de Lyon pour aller à Mulhouse où nous dormons à l’AJ. Et samedi matin, nous prenons le tram-train jusqu’à Thann puis un TER pour aller à Saint-Amarin. En discutant avec le contrôleur, celui-ci nous apprend qu’on est en période de grève et que le TER de 15h29 que j’avais prévu de prendre pour notre retour demain ne circulera pas !

Il faudra donc prendre celui de 14h29 ou celui de 16h29. L’inconvénient de ce dernier étant que,s’il a du retard, on loupera notre TGV de retour sur Paris.

Ayant bouclé le tour en 26 heures l’année dernière, il nous faut partir vers midi – soit bien avant 14h30, l’heure officielle de départ - pour avoir le temps de terminer le Tour et prendre le train de 14h29. Heureusement, l’organisation du CVSA (Club Vosgien de Saint-Amarin) est parfaite et nous pouvons démarrer à 12h15 après avoir récupéré la feuille de route et nos petits bracelets de participants.

0km – 12h15 Saint-Amarin

Petite photo de groupe avant d’attaquer la montée vers le col des Dreimarkstein.

Iliette marche un peu moins vite que le rythme que j’avais prévu ; je me mets derrière elle pour qu’on suive son rythme. Notre rythme de marche est régulier et, 4h après, on arrive au 1er ravitaillement à Thann.

 19km – 16h30 Thann

D’autres participants arrivent à Thann en même temps que nous. Ce sont des trailers pour la plupart. On mange un peu (gâteaux, cakes, quartiers d’orange, fruis secs, carrés de chocolat…) ; les organisateurs n’acceptent pas de remplir toutes nos gourdes, on va donc faire le plein d’eau dans un bâtiment à côté. On s’allonge un peu dans l’herbe, repos et massage des pieds avant de repartir à 17h15.

Maintenant, c’est pratiquement que de la montée jusqu’au Grand Ballon. Iliette connaît bien cette portion « Thann – Grand Ballon » qui était l’une des étapes de la Traversée des Vosges faite en mai de cette année avec Patrick Koon. En cours de montée, on se fait rattraper par un gars très curieux de comprendre pourquoi on était devant lui avec un rythme de marche aussi lent. On papote assez longtemps puis il nous laisse quand notre rythme est vraiment trop lent pour lui.

 33km – 20h45 Grand Ballon

La montée finale a été longue et on apprécie la pause d’une demi-heure au Grand Ballon.

C’est ici qu’est prévu le dîner mais j’ai choisi de ne pas perdre de temps au restaurant et de nous ravitailler avec les 3 ravitaillements mis en place par le CVSA (à Thann, Rothenbach, et Rouge Gazon).

 

Iliette a un début d’ampoule. Elle met un genre d’elastoplast et je lui propose d’ajouter une chevillère pour éviter au maximum les frottements. Heinrick pointe nos noms au Grand Ballon pour que les organisateurs puissent suivre au mieux la progression des participants. Nous retrouvons notre randonneur bavard qui repart avec nous.

Il nous quitte peu après, à la Ferme du Haag, car il a l’habitude de faire toute la crête par la route, un itinéraire +court et +facile que de suivre les sentiers du Tour de la Thur.

Peu de temps après, un autre participant se joint à notre groupe car il n’a pas envie de marcher seul alors que la nuit commence à tomber. C’est un des conseils importants dit et répété par les organisateurs : il ne faut pas marcher seul et encore moins la nuit où le balisage est très peu visible (il n’y a pas de balisage spécifique mis en place pour le Tour de la Thur) car on a vite fait de prendre un mauvais chemin. Bien normalement, il nous quitte dès qu’un groupe +rapide nous double.

Au Markstein, il fait vraiment nuit (couverture nuageuse et moins d’un quartier de lune). Plusieurs participants préfèrent suivre la route. Avec ma trace GPS, on n’a pas de souci pour continuer sur les chemins et je me retrouve « capitaine de route » pour quelques autres participants.

Sur cette partie des crêtes, Heinrick avance +vite que nous et il doit nous attendre de temps en temps. Le vent souffle bien, les coupe-vents sont indispensables. Cette partie en crête est longue et assez monotone ; nous avons hâte d’arriver au second ravitaillement de Rothenbach.

53km – 1h45 CPIE Rothenbach

Le ravitaillement est dans une grande salle genre refuge. Il fait bon à l’intérieur. C’est bien mieux que l’année dernière où nous étions trempés et transis de froid sous des barnums à l’Abri du Becherkopf. Il n’y a pas grand-monde au moment où nous arrivons. Nous y restons ¾ d’heure, le temps de bien se réhydrater (eau, boissons au sirop, café, thé), de manger (gâteaux, cakes, quartiers d’orange, fruits secs, carrés de chocolat…) et de nous masser les pieds.

Je suis épaté de voir que nous repartons si facilement après plus de 50 km alors que notre distance maxi a été d’environ 45 km cette année.

Le sentier est raide par moment. C’est d’ailleurs une des caractéristiques du Tour de la Thur, il y a des portions de sentiers techniques. Et il vaut mieux les connaître pour pouvoir les éviter lorsque la météo est très mauvaise.

Nous arrivons à 3h30 au col du Bramont. Après, il y a 7 km à faire sur une petite route jusqu’à la Ferme-auberge du Grand Ventron où on peut prendre le petit-déjeuner. Cette partie se fait sur route car le grand nombre de participants abîmerait la réserve naturelle de la forêt du Grand Ventron et la tourbière de Pourri-Faing. On compatit en doublant un participant qui soufre d’ampoules.

Comme pour le dîner, j’ai décidé de faire l’impasse sur le petit-déjeuner mais ça se révèlera une erreur : avec sa grande constitution, Heinrick avait besoin d’un repas à ce moment-là.

On fait une pause de 20’ et on repart vers 5h30.

Vers le Haut de Felsach, Iliette dit qu’elle est fatiguée ; avec 68 km dans les pattes et la nuit blanche qu’on vient de faire, nous le sommes tous alors on s’arrête pour s’allonger et se reposer ¾ d’heure. L’année dernière, je n’avais pas fait ce genre de pause au moment où j’étais fatigué et je l’avais payé cash un peu +tard en étant obligé de m’arrêter pour dormir alors que j’étais épuisé.

En repartant, Heinrick nous annonce qu’il s’arrêtera au col d’Oderen. Il va bien physiquement mais il sent qu’il risque la fringale car il n’arrive plus à manger ses barres céréales tellement son estomac est barbouillé par tous les grignotages divers. Il lui aurait fallu un vrai repas. L’année prochaine, il fera le Tour de la vallée en s’inscrivant au dîner.

 70km - 8h col d’Oderen

Heinrick va être emmené en voiture à Saint-Amarin (les organisateurs ont mis en place des navettes à plusieurs endroits du parcours pour rapatrier les participants qui abandonnent).

Nous continuons donc à 2, Iliette et moi. A part une partie raide peu après le col d’Oderen, l’itinéraire monte tranquillement jusqu’à la ferme du Drumont. Ensuite, c’est la descente la +raide de tous le parcours pour arriver au col de Bussang. Iliette qui jusqu’à présent était à l’aise dans les descentes commence à avoir du mal à descendre.

 76km – 9h45 col de Bussang

Après ce col, c’est la dernière longue montée, sur 3 km. On sent que la fatigue est générale, on nous double +lentement. En passant devant le kiosque de Sotré, où je m’étais arrêté pour dormir l’année dernière, je suis heureux d’être si peu fatigué. Peu après, quelques participants hésitent sur le chemin à suivre et certains sont partis sur le mauvais chemin. La trace GPS nous évite ces pertes de temps.

 83km – 12h Rouge Gazon

Quel bonheur d’arriver au 3ème ravitaillement ! Il ne nous reste que 13km à faire !

En plus de la nourriture habituelle des précédents ravitaillements, il y a un excellent bouillon de légumes. Il ne faut pas trop traîner et on repart une demi-heure après. On sait déjà qu’on arrivera trop tard pour prendre le train de 14h29 mais il faut qu’on arrive avant 16h30 à Saint-Amarin pour ne pas louper notre train de retour sur Paris qui part de Mulhouse à 17h40.

Cette dernière partie de crête nous semble interminable ; elle fait environ 6 km mais le schéma de la feuille de route qu’on nous a donné au départ donne l’impression que la partie de crête est courte et qu’on va attaquer très vite la descente vers Saint-Amarin. Je consulte régulièrement ma montre et j’aiguillonne Iliette pour qu’on garde un bon rythme. Malgré sa fatigue, elle reste zen ; elle a un mental très fort.

 89km – 14h20 col de Rimbach

Ouf ! On va enfin commencer la descente vers Saint-Amarin et on est dans le bon timing pour arriver vers 16h. Au col des Dreimarkstein, on retrouve le sentier qu’on avait pris hier et nous arrivons à Saint-Amarin à 16h. Heinrick est déjà à Mulhouse où i a testé les restaus et on le retrouvera tout à l’heure dans notre TGV de retour sur Paris.

 96km – 16h Saint-Amarin

Pendant qu’Iliette va acheter les billets de train, je vais enregistrer notre arrivée et j’ai le plaisir d’être accueilli par un « Tiens ! V’la mes parsiens ! » par une des organisatrices bénévoles. Le Tour de la vallée de la Thur, c’est non seulement une randonnée extraordinaire mais aussi une ambiance familiale où tout le monde discute avec tout le monde et où l’entraide n’est pas un vain mot :-)

Epilogue

En sortant du train gare de Lyon, je me rends compte que c’est moi qui, de nous 3, a le plus de courbatures ! Tant mieux, le +important pour moi était qu’aucun de nous ne se blesse pendant cette aventure.

Voilà, j’ai fait ce récit détaillé pour montrer que ce Tour de la vallée de la Thur est accessible à beaucoup d’entre nous ; il suffit d’être habitué aux longues randonnées et capable de marcher une dizaine d’heures d’affilée en montagne, même sous la pluie et dans le froid.

Les statistiques de l’édition 2013 sont disponibles sur le site du CVSA :

-         463 participants, dont 1/3 de femmes ;

-         277 à l’arrivée soit 60% de finisseurs.

-         Le plus âgé des finisseurs à 78 ans !

mardi, mai 28 2013

Des infos sur notre Club, enfin !

Ils partirent 15000, et en 35 ans ne furent plus que 3000 ...

Lire la suite...

jeudi, décembre 6 2012

Randorientation, vous nous conduisez dans la forêt

Dimanche 14 octobre 2012

Lire la suite...

mardi, décembre 4 2012

Révélation sur l'Apocalypse

un blog étrange pour une étrange randonnée, 

Attention : ce texte contient dans sa conclusion une vérité ultime qui peut modifier votre passé !

Lire la suite...

jeudi, novembre 15 2012

Stage de pilotage VTT dans la Sierra Guara (Espagne)

Merci à Laurent C pour cette vidéo.


Après le lancement vous pouvez modifier la qualité et passer en plein écran via les boutons en bas à droite

lundi, octobre 29 2012

Les pas de Saint Régis


En cette fin d’été 2012 nous avons choisi Saint Régis pour guider nos pas à travers la Haute-Loire et l’Ardèche. En effet, Saint Jacques est bien trop célèbre et débordé de travail avec tous ses pèlerins !

                             

Lire la suite...

lundi, juillet 16 2012

Les 25 bosses sans le car, oui c'est possible !

Une véritable randonnée d'exploration. Nous partîmes 4 et nous revînmes quatre !

Lire la suite...

jeudi, mars 29 2012

GTJ à ski : 5 jours AR entre Chapelle et Giron en février 2012

 

Pour prolonger la semaine à Chapelle-des-Bois (au Montagnon pour les uns, à la Distillerie pour les autres), quoi de mieux que la GTJ? Étant au milieu de son parcours, reste le choix de la direction. D'après l'expérience de Bernadette exposée dans son billet, c'est la partie sud qui est la mieux damée pour le pas de patineur.
Karine et moi décidons de la faire en boucle : descente par la GTJ traditionnelle, remontée par des variantes. Nous pouvons donc laisser nos bagages à Chapelle, et même y rendre au retour des skis de location. Bernadette et Céline nous rejoignent, mais iront prendre le TGV du retour à Bellegarde, en taxi à partir de Giron.

Nous ne savions pas encore s'il y aurait de la neige, mais nous avons été gâtés : neige et soleil tout au long du parcours! Le parcours est donc entièrement skiable. Aucun problème de damage non plus, sinon la partie verglacée et damée moins régulièrement entre la Borne au Lion et le domaine skiable de Giron.

 

Lire la suite...

dimanche, mars 18 2012

Une traversée des Alpes Juliennes

 

Les Alpes Juliennes ? Mais où est-ce ?

Les Alpes juliennes sont un massif des Préalpes orientales méridionales. Elles s'élèvent entre la Slovénie (Istrie et Carniole) et l'Italie (Frioul-Vénétie julienne).
Leur nom vient de Jules César qui se montra généreux envers une province de cette région qui avait pour capitale Cividale del Friuli et qui s'étendait vers le sud-est jusqu'aux Alpes dinariques. Le Triglav, sommet slovène, est le point culminant du massif.

Elles forment, de fait, une unité, même si la partie italienne est plus verdoyante (et moins fréquentée que la partie slovène). Les sommets sont d’altitude modeste (2500-2700) mais l’environnement est très sauvage, les accès sont difficiles et la verticalité des parois assez impressionnante.

L'accès peut se faire par l'Italie (Tarvisio), par l'Autriche en se rendant à Villach ou encore par la Slovénie en se rendant à  Bohinj au sud via Bled ou à Kranska Gora au nord.
L'accès italien par le sud-est, par Cividale du Frioul n'est possible qu'en voiture en remontant la rivière Soca.

 

Lire la suite...

mardi, mars 6 2012

Jura Suisse - Raquettes Février 2012

Cheminant lentement, dans les ombres du soir, les Alpes au couchant, se laissent à voir, d'un Jura attachant.

Lire la suite...

- page 1 de 70